Bonjour l’arnaque !

Posted by jerry décembre 7th, 2010

Chers amis du blog. Pour fêter notre mise à jour magistrale du site, qui a consisté une fois de plus à faire style qu’on bossait, voici un nouvel article.

Le sujet du jour : « l’évolution » des jeux vidéos.

J’ai grandi avec les consoles nintendo (NES, SNES) et les heures de jeux passionnées qui ont bercées cette enfance sont juste innombrables. J’ai envie de m’égarer et de raconter les anecdotes les plus mémorables qui me viennent à l’esprit.

– J’étais tellement accroc que ma mère – qui employait le terme intoxiqué – me disait souvent, l’air dépité « Tu me désoles ». Ce à quoi je répondais « Hé ben moi, je me console », faisant preuve d’un esprit si vif, me caractérisant déjà dès lors (lol).

– Quand j’ai fini mon premier jeu vidéo (double dragon II pour les connaisseurs), je suis allé le raconter aux voisins tellement que j’étais excité. Les pauvres. Et pauvre de moi aussi.

– Cette toxicomanie précoce m’a valu comme punition la technique de torture la plus atroce à laquelle un parent pouvait soumettre un enfant, celle dite de la cache des manettes. Heureusement les cachettes n’étaient pas trop complexes, généralement le panier à linge (propre, même si le sale ne m’aurait pas fait peur). Le tout étant de ne pas se faire choper et d’espérer que le timing maternel pour faire les courses de la semaine restait bien le même (35 minutes environ) pour les parties en son absence.

– A force de changer la péritel entre le magnétoscope et la console (ce qui donnait encore un argument à mon père pour détester les consoles), la connectique commença à s’user fortement, l’image devenant verte ou rose fushia par moment. Heureusement cela me permit de faire intervenir mon génie bricoleur, en posant une pierre suffisamment lourde sur la prise en question, cela semblait marcher bien mieux.

Pour l’adolescence, la télé étant brulée, les consoles furent vendues, tragédie sans précédent dans mon petit monde. J’allais devenir un paria pour mes amis. Je ne me suis pas suicidé sur le coup, pouvant malgré tout prendre ma dose en m’incrustant à droite à gauche. Et mon calvaire s’acheva, car peu de temps après ils achetèrent un ordinateur pour le travail de mon paternel, qui me permit de rester dans le merveilleux monde vidéo ludique (le problème du mot de passe de session fut assez vite réglé, celui du fait que l’ordi était dans la chambre de mes parents fut plus coriace).

Je finis pour ce passage un peu personnel, certes, mais qui aura pour mérite d’introduire de façon juste les conditions dans lesquelles je me trouve pour écrire cet article. Ayant désormais un boulot un peu fixe et un appart’, je me suis fait le plaisir d’acheter une console flambante neuve, en espérant retrouver ces merveilleux souvenirs d’enfance. Car question jeux, nous avons été vraiment gâtés pourris ! Zelda, Mario, j’en passe et des meilleurs.

Hélas, mille fois hélas, plus le temps passe et plus j’ai envie de hurler à la mort quand j’achète un jeu. Je pense que cet extrait des Simpson’s résume parfaitement la chose.

Par quoi commencer ?

Allez, les progrès de la technique. Ah ouais c’est sûr, magnifique la qualité de l’image, les écrans d’accueil cinématiques… Mais que ça RAME !!! C’est insupportable ! Quand j’allume ma télé, lance ma console et démarre un jeu, il me faut attendre à moins une bonne minute, avec marqué « chargement… chargement… chargement ». Avant, avec ma NES, j’enfonçais rageusement la cartouche dans la boite, et bim je jouais. J’ai jamais rien demandé d’autre à personne en fait.

Personnellement, j’ai l’impression d’être un dinosaure quand j’ai une manette « nouvelle génération » dans les mains. J’ai horreur des sticks analogiques, imprécis au possible et à mon avis mal pensés. Et pourquoi 2000 boutons ? Surement pour pallier à l’imagination complètement flinguée des producteurs de jeu ? Pourquoi le dernier street fighter est immonde à jouer ? J’ai l’impression de taper dans le vide à chaque coup.

Sans transition, parlons de ces merveilleux nouveaux matériaux détecteurs de mouvement (Wii, etc…) : mais comment on peut acheter une chose pareille ? C’est amusant deux secondes, sous l’effet de la surprise. Mais après, où ranger tout ceci, les boites à chaussures étant parfois trop étroites. Je suis scandalisé que cela ai pu se vendre autant, et je pense que 90% des personnes regrettent. Quand je vois les pubs à la télé, j’ai envie de lyncher les pseudos acteurs bidons à coups de manettes à coins carrés (celles qui te forgent un homme). Je pense que c’est ce que l’on fait de plus mauvais en ce moment, les jeux n’ont aucune profondeur, répétitifs à mort, et pourtant tous les constructeurs se lancent dedans. Ça va en faire du bordel dans les vides ordures. Parce que pour sur, ça se vendra à la noël.

La variété proposée dans les jeux donne la nausée : tous les jeux de guerre (call of duty, medal of honor, battlefield) les beat ’em all (god of war, le pouvoir de la force, le dernier castlevania, dante’s inferno) se ressemblent trait pour trait. T’en achètes un, tu peux décemment plus jouer aux autres. Ou alors il faut être un abruti ou riche et s’acheter des jeux pour déconner. L’originalité n’est absolument plus une valeur : tout consiste en une repompe de ce qui fait le succès de l’autre. Cela réduit déjà considérablement les catalogues de titres, plutôt maigres. Je peux vous mettre au défi de vous montrer trois images de jeux de guerre différents – vous ne pourrez pas faire la différence.

Passons maintenant à l’évolution des jeux. Ah c’est sur c’est toujours plus beau. En fait on ne devrait plus jouer aux jeux vidéo, mais regarder les jeux vidéo. Quand on voit la durée de vie de certains, avoisinant les 5 heures totale d’éclate, on se dit que l’on a inventé le jeu jetable.

Puis généralement le contenu, le gameplay, le fun est vraiment écrasé par les graphismes. Prenons un premier exemple, pro evolution soccer, que j’achète comme un abruti depuis 3 ans, et qui m’amuse chaque année de moins en moins. Je pourrais faire une critique entière dessus, mais je serais bon pour l’asile d’Arkham après. Plus le temps passe, plus les visages sont magnifiquement reproduits. Plus les joueurs sont impossibles à manier, lourds, comme des statues, et plus beau encore, plus l’intelligence artificielle baisse. Au final la majorité des buts sont marqués grâce à des bugs énormes, comme si les joueurs avaient leurs cerveaux qui s’évapore au plus mauvais moment. Et prenons aussi par exemple le cas de la règle de l’avantage, qui marchait il y a 4 ans et qui a littéralement disparue. On ampute tout un jeu d’une règle qu’il y avait pourtant. Ça avait été programmé de façon efficace, puis du jour au lendemain plus rien. Mais bon, heureusement le sourire de Messi et son brushing sont quasi parfaits.

Autre monument du jeu vidéo, Mario Kart. Sur super nintendo, le plaisir est là à chaque partie, dérapages, sensations de vitesse. Sur toutes les versions d’après, l’impression de conduire des tanks montés sur rails. A croire que le jeu ne compte plus du tout sur le pilotage comme facteur de victoire de la course (!!), mais tout est misé sur le bourrinage avec les carapaces de tortue, ce qui est une énorme erreur. Le peu d’options ajoutées sont aussi enthousiasmantes que le dernier cd de Nolwenn Leroy. A part le fait de jouer à 4. Mais pourquoi personne ne peut arriver à refaire ça. Ça me tue.

Prenons d’autres exemples marrants, qui font légions désormais, la règle du « c’est la suite, et on arrache tout ». Civilization V, sorti récemment, propose 8 peuples (je crois, de tête). Le IV en proposait une trentaine !! Mais on se moque de qui ? Sinon oui, la cinématique d’ouverture est géniale… Heroes V, proposait moins de races et d’artefacts que le III à ses débuts… comment ne pas être écœuré, on est trop bons pour avoir du contenu… J’en passe et des meilleures. J’en ai des wagons comme ça.

Et prenons l’apport du progrès que nous apporte le fait de pouvoir sauvegarder toutes les deux secondes… Le jeu maintenant DOIT se finir, comme s’il fallait qu’il se justifie… Combien d’échecs cuisants j’ai subi lors de ma jeunesse ? Avez vous déjà joué à Battletoads sur super nintendo ? Fait décoller plusieurs fois d’affilée la fusée à Tetris ? Ça aussi ça forge les caractères, ça te mets à genoux devant la machine. C’est que du bon. Désormais quand j’insulte la machine c’est vraiment de la colère froide via les bugs incessants, et non plus de l’excitation.

L’heure est à la conclusion. Enjolives t’on toujours le passé ou sommes nous devenus blasés ? Avons nous moins le temps ? Pourquoi je pourrais encore finir mario world s’il fallait, plutôt que de me retaper le dernier tomb raider, malgré que désormais  Lara C. ruisselle après avoir plongé dans une flaque d’eau ?

Pas vraiment de réponses, et s’il en avait fallu une, j’aurais plutôt choisi de faire une critique sur « pourquoi doit on préférer les ravioles aux gnocchis à poêler ». La vérité est ailleurs. And I want to believe.

PS : merci aux sites grospixels, joueur du grenier, et NES pas.

2 Responses

  1. cro dit :

    Binome… C’est tellement beau! Ca me rappelle une discussion que j’avais eue à l’époque de la playstation 1… Où – bien entendu – j’insultais la 3D. (lol bon, pas à ce point peut-être).

    Si un jour je deviens full-riche, je te paierai à écrire des articles sur ce blog.

    Et puis pour finir: http://www.youtube.com/watch?v=LJh3D_zX0To

  2. cro dit :

    Et merci pour les spéciales dédicaces 🙂

*

Trackback URL for this entry